Poing Final – La justice parasitée par la politique

0
364

La catégorie politique, dénommée « présidentialisme africain », est parasitée par la politique. De fait, dans ce type de régime politique, l’exécutif étend ses tentacules à tous les autres pouvoirs pour les phagocyter ou, tout au moins, pour les caporaliser.

Il est difficile pour les autres pouvoirs d’opposer à cette volonté du politique une résistance victorieuse. Du coup, dans notre pays, le Sénégal, nous sommes habitués à voir l’exécutif étouffer toutes les autres institutions par son omniprésence et son omnipotence. En ces jours, il existe un malentendu profond entre les citoyens et les pouvoirs qu’ils soient exécutifs, législatifs, ou judiciaires.

En effet, nos concitoyens se donnent, de moins en moins, la peine de réfléchir pour arriver à un discernement viable. Nous fonctionnons, désormais, à partir d’images d’épinal : L’exécutif régente tout, est désormais le mantra de nos concitoyens à propos des affaires publiques.


A lire aussiKhalifa Sall, l’argent public et la justice


Dès que les autres pouvoirs posent un acte déterminé, on ne s’interroge plus sur le bien fondé de cet acte. On ne cherche plus à savoir s’il est l’aboutissement des logiques qui président aux démarches de l’institution en question. Au contraire, on se contente de penser et de dire : en sous-main, il y a les desiderata de l’Exécutif. Il faut reconnaître que nous sommes habitués à trop de coïncidences malvenues, à trop d’amalgames ténébreux, à trop de chevauchements incongrus. La neutralité ne se proclame pas.

La neutralité est un vécu. Elle se démontre à travers des mots, des actes qui excluent toute suspicion. Sinon nous continuerons pour l’instabilité du Sénégal, à assister à des situations troublantes pour les plus lucides d’entre nous.

La question aujourd’hui, n’est pas la culpabilité de Khalifa Sall. La question n’est pas le forfait de Barthélémy Dias. La question n’est pas la prédation d’Aida Diongue. La question n’est pas la prévarication de Karim Wade. La question est : l’autorité judiciaire a-t-elle agi dans la plénitude de son autonomie ? Ses pratiques récentes ont-elles évacué, totalement, toute collusion avec l’Exécutif ?


A voir :(Images) Khalifa Sall : ses parents apportent des accessoires en prison 


La démocratie n’est pas un slogan. C’est un ensemble de pratiques qui se succèdent dans la durée, habilitant les citoyens à nourrir la conviction que la démocratie est une réalité.Des citoyens dubitatifs quant à la capacité de la Justice à leur justice ne peuvent défendre comme il le faut ni la Démocratie ni la République.

Ce doute corrosif s’il n’est pas, totalement, extirpé de la conscience citoyenne peut dans un terme moins long qu’on ne le croit remettre en cause la viabilité et la pérennité de cette nation construite sur le territoire d’un pays appelé Sénégal. Et nous aimons vigoureusement cette Nation.


Simmay – Rédacteur à Pointdakar.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here