La preuve que l’école sénégalaise est une fabrique de cancres

0
247

L’étude porte sur les mathématiques, la lecture et la culture générale. Elle a été réalisée à partir d’un échantillon de 16 mille enfants de 9 à 16 ans. Les tests ont été effectués en français (76 %) et en arabe (24 %) ; chacun ayant le choix entre ces deux langues.

Pour les élèves interrogés en français, les taux de réussite sont de 20 %, 26 % et 25 %, respectivement en lecture, mathématiques et culture générale. Pour l’arabe, les pourcentages sont de 4 %, 3 % et 14 %.

Le Baromètre a révélé que le niveau des élèves est plus faible dans les zones rurales. Dans ces localités, révèle l’étude, les performances sont de 11 % (lecture) et 14 % (mathématiques et culture générale). À noter que les écarts de performances entre zones rurales et zones urbaines sont plus prononcés en culture générale.

Dakar présente les meilleurs résultats dans les trois matières : 28 % (lecture), 34 % (mathématiques) et 38 % (culture générale). Ziguinchor (2e) et Thiès (3e) complètent le podium des villes enregistrant les meilleures performances. À préciser que la ville dirigée par le maire Abdoulaye Baldé doit sa deuxième place à ses performances en lecture (22 %) et en culture générale (25 %) ; celle du maire Talla Sylla la domine en mathématiques (27 %).

Autre enseignement du rapport Jangando 2016 : les écarts de performances selon le sexe sont quasi-inexistants. En matière de lecture, les filles (19 %) dominent légèrement les garçons (17 %) tandis que pour les mathématiques (22 %) et la culture générale (23 %), les deux groupes sont ex aequo.

Le Quotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here