Mort de l’étudiante Amina Touré : Sous le choc, Claudel raconte “Mimi”

Moins de vingt quatre (24) après l’accident tragique ayant entrainé la mort de l’étudiante Amina Touré dite Mimi, la cité Alioune Sitoé Diatta (ex Claudel) est dans l’émoi. Ses voisines de chambre sont inconsolables. Trouvées dans la salle d’études au quatrième étage du pavillon B4, elles peinent à réaliser ce qui s’est passé dans la nuit du mercredi 26 juillet.
Les faits : après la prière du crépuscule, six amies s’apprêtent à aller prendre leur dîner dans un des restaurants du Campus. Mais comme elle en a l’habitude, Amina qui a retrouvé ses amies à la salle d’études située au quatrième étage du bâtiment 4, charrie ces dernières en assurant qu’elle peut descendre au rez de chaussée sans passer par les escaliers. Sauf que ce qu’elle prenait pour un jeu entre filles allait virer au drame. Elle a glissé et a chuté du quatrième étage. Le choc a été tellement violent que l’étudiante en deuxième année à l’Inseps est morte sur le coup. Laissant ses voisines sans voix.
C’était la croix et la bannière pour leur tirer le vers du nez. Il a fallu des minutes de pourparlers pour les convaincre de témoigner sur la défunte. De “Mimi”, elle retient une fille aimable, sociable et taquine. “Elle ne ménageait aucun effort pour mettre à l’aise tout le monde. Elle s’arrangeait toujours pour paraître radieuse et heureuse”, se rappelle l’une de ses amies qui a partagé ses dernières heures. “On ne l’a jamais vue dans un état second”, renchérit une autre voisine de chambre d’Amina Touré.
Dans la foulée, la thèse du suicide est battue en brèche. “Elle n’a pas volontairement mis fin à ses jours. Elle ne donnait pas l’impression de quelqu’un qui voulait se suicider”, clarifie une de ses “voise” de chambre qui dément aussi la version selon laquelle la défunte a chuté parce qu’elle était trop occupée à répondre au téléphone. “C’est la volonté divine. Tenons nous en là”, clôt-elle.
A peine a-t-elle fini son témoignage que des pleurs fusent du rez de chaussée, précisément sur la “scène du crime”. Renseignement pris, c’est une intime de Amina Touré tardivement mise dans la confidence qui vient contaster de visu là où son amie s’est écrasée. Inconsolable, elle a dû être évacuée par d’autres étudiantes. Sans aucun doute, la mort de celle que ses intimes surnommaient “Mimi” a plongé toute la cité Claudel dans une ambiance de deuil.
Aux dernières nouvelles, son corps était à la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec. Elle sera inhumée à Mbacké d’où elle est originaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *