Négros Africains : ressaisissons-nous ! (Réponse à Donald Trump par SIMMAY)

0
156

En dehors de l’unicité de Dieu, les trois religions révélées s’accordent sur un point. Pour Dieu, les fils d’Adam sont égaux au départ. Il n’y a aucune discrimination préalable. La discrimination se fait à l’arrivée : le jour du jugement, ils sont jugés sur leurs mérites c’est à dire sur leurs vertus. 

Karl Marx dans la critique du programme de Gotha soutient :  » Les peuples n’ont pas d’essence, l’essence d’un peuple c’est l’ensemble des rapports sociaux. «  . Alors pourquoi les autres «races» s’acharnent elles depuis la nuit des temps, à considérer les négros africains comme des êtres inférieurs ?

Même le grand Hegel a succombé à cette tentation. Pourquoi, les autres s’obstinent-ils à nous regarder comme des infra-humains?, comme des personnes incapables de s’élever au niveau de l’humanité? En dehors de notre candeur, chantée par nos premiers poètes et écrivains, il n’y a pas d’explications. Simplement parce que l’assertion clamée et déclamée par les autres est fausse. Elle n’a aucun fondement anthropologique. Elle ne repose sur aucune logique scientifique. Elle n’a aucune justification religieuse. Elle est issue d’une supériorité technologique, utilisée à des fins guerrières et génocidaires. Elle a été entretenue par l’esclavage et la colonisation.

Elle doit donc être dépassée. Elle doit appartenir à un cycle abject de l’histoire humaine. Il est temps et urgent de construire une nouvelle humanité. Et cette nouvelle humanité devra promouvoir le culte de la fraternité entre tous les hommes. Or, le Président Senghor l’a bien exprimé dans un vers célèbre :  » Il n’y a pas de fraternité sans égalité « .

L’égalité, voilà le mot, le concept, le rêve, l’ambition.

Alors, quelles sont les conditions de l’égalité ?  Il y en a une à laquelle personne ne peut échapper s’il veut obtenir l’égalité : c’est la discipline. La discipline est le moteur de tout progrès. Elle est le véhicule de toute grandeur. Nous négro-africains du 21e siècle que faisons nous pour nous imposer une discipline indubitable, pour nous adonner à un travail persévérant, performant, volontaire, patriotique ? Force est de reconnaître nos manquements, nos légèretés, nos absences de patriotisme, notre amour de la facilité, et par dessus tout, notre amour effréné des raccourcis.

Pire que tout, nous nous habituons à l’idée que nous ne devons pas inventer, nous ne devons pas créer, nous de devons pas souffrir pour susciter l’avènement d’un monde meilleur.

Si nous ne nous ressaisissons pas, nul doute que nous continuerons à subir toutes les vexations. Les humiliations se perpétueront. Ressaisissons nous à travers une nouvelle vision de nos devoirs et obligations. Ressaisissons nous en pensant au prodige réalisé par les dragons asiatiques qui ne se sont fondé que sur deux valeurs cardinales : la discipline et le travail !

Tout négro africain doit vivre avec la conscience qu’il porte le destin non pas d’un peuple, mais une histoire à la fois triste et malsaine. Tout négro africain doit avoir la vocation d’être un rédempteur. Il nous faut nous entraider, comprendre que nous appartenons à une entité que son évolution historique condamne à la solidarité. Il nous appartient à nous et à nous seuls de faire la preuve que la supériorité et/ou l’infériorité entre les hommes est un leurre, une vue de l’esprit, un discours idéologique conçu et propagé pour enrichir matériellement certains et en même temps appauvrir d’autres.

Il n’y a ni bénédiction ni malédiction. Il n’y a que l’homme qui se façonne en façonnant son monde et subséquemment le monde.

Ressaisissons nous afin que le négro africain cesse d’être vu ! Ressaisissons nous pour que le négro africain croise le regard des autres avec fierté.

SIMMAY (Journaliste à POINTDAKAR.COM)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here