Niveau sans précédent de mortalité infantile dans le Sud du Niger

0
56

Médecins sans frontières a alerté sur les taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans à Magaria, dans le sud du Niger, où une moyenne de 10 décès par jour a été observée.

Ces enfants souffrent de complications dues à des formes graves de paludisme ou de malnutrition, a indiqué l’ONG dans un communiqué.

Dans la ville de Magaria, MSF gère une unité pédiatrique de l’hôpital de district de 435 lits où un total de 11.100 enfants a été admis du 1er janvier au 31 août de cette année. Durant le mois d’août uniquement, 3.311 enfants de moins de cinq ans ont été admis dans cette unité.

“Depuis plus d’un mois, les équipes de soins pédiatriques de MSF luttent contre des taux de mortalité alarmants chez les enfants de moins de cinq ans à Magaria”, a expliqué l’ONG.

En collaboration avec le ministère nigérien de la Santé, MSF prend actuellement en charge 730 enfants dans cette unité pédiatrique de Magaria, dont 208 sont dans un état critique.

Au cours du mois dernier, MSF comptabilisait “une moyenne de 10 décès d’enfants chaque jour” au cours des 30 derniers jours, a déclaré une porte-parole de l’organisation à Genève.

“Jusqu’à maintenant, nous n’avons jamais vu quelque chose de similaire à cela et nous craignons que ce ne soit que la pointe de l’iceberg”, a écrit le responsable de programme MSF au Niger, Dorian Job. “Chaque année, approximativement à cette même période, nous nous attendons à un pic de paludisme de même qu’à des niveaux élevés de malnutrition, bien supérieurs aux seuils d’urgence. Mais nous ne nous souvenons pas d’un tel afflux de patients à l’hôpital”.

Un groupe de filles dans le village de Sabon Machi, dans la région de Maradi, au Niger, le 16 août 2018.

Au moins 55 personnes mortes du choléra dans la région de Maradi au Niger
Les médecins de MSF ne pensent recevoir qu’un sixième des enfants qui ont besoin de soins. Un grand nombre ayant reçu un diagnostic de paludisme ou de malnutrition souffre également de co-infections, mais actuellement ce sont surtout les formes sévères de malnutrition et de paludisme qui sont les plus fréquents.

Dans cette région du Niger qui compte 700.000 à un million d’habitants, dont 20% sont des enfants de moins de cinq ans, l’hôpital de Magaria est la seule structure médicale accessible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here