Scandale dans un hôtel à Ndangane: Du nouveau sur l’affaire

0
93

Scandale à Ndangane : Le comité de défense des valeurs morales au Sénégal s’indigne et menace de fermer l’hôtel ayant abrité le défilé « érotique »

Le défilé qui s’est passé ce 31 décembre dernier dans un hôtel de Ndangane et dans lequel de jeunes filles s’exhibaient presque nues lors de la soirée de fin d’année, a heurté la sensibilité de beaucoup de sénégalais. Au premier chef, le comité en charge de défense des valeurs morales au Sénégal qui finit de marquer toute son indignation quant à l’organisation de cet événement «érotique et exhibitionniste» digne d’une sextape. 

Dans un communiqué transmis à Dakaractu, ledit comité dénonce «la gravité extrême des faits de ce programme de pillage et de bafouement de notre patrimoine moral organisé par ces expatriés européens et autres ne pourra nullement rester impuni». 

A ce titre, ils interpellent « l’autorité étatique à ordonner l’interpellation de tous les individus qui ont été identifiés (organisateurs et  participantes) lors de ce spectacle érotique et exhibitionniste. Tous coupables, selon la loi des délits d’outrage à la pudeur, d’atteinte aux bonnes mœurs, d’incitation à la débauche, ainsi que ceux d’avoir heurté les sensibilités religieuses et morales et publié des images à caractère érotique ». 
« Nous avertissons les lobbies dont l’objectif est d’arriver à la banalisation du sexe et du péché au Sénégal ainsi que leurs valets de défenseurs que le principal garant de la paix sociale est le respect de nos valeurs », lit-on dans le communiqué. 

Dans la même veine, le comité de défense des valeurs morales au Sénégal exhorte l’État à s’assurer de son devoir régalien et à sanctionner les auteurs de ces dérives. «La passivité et le laxisme sont sources d’anarchie. Et si rien n’est fait,  les citoyens sénégalais se sentiront dorénavant menacés et sans défense et recourront à l’autoprotection de ce qu’ils ont de plus cher. Dans ce cas de figure, nos concitoyens et plus précisément les populations de Ndangane, dont cette soirée de débauche a profondément terni l’image de la ville, pourront se réserver le droit d’exiger la fermeture immédiate du réceptif qui a accueilli ce spectacle pervers, par le préfet. Et il devrait dorénavant en être ainsi pour toutes ces scènes de provocation et de défiance à l’endroit de nos autorités étatiques, judiciaires et des croyants en général (toutes confessions confondues)».

Dakaractu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here